Le credo de la PME: investir, toujours investir

Nouvelles
Shares
By: Surmesur

Le Soleil, 18 octobre 2012. 

(Québec) Au Canada, près de trois entrepreneurs sur cinq affirment qu'ils investiront dans leur entreprise au cours de la prochaine année. Sans doute moins préoccupés que leurs collègues des autres provinces par le contexte économique mondial, un pourcentage légèrement plus élevé de dirigeants québécois déclare vouloir injecter des fonds pour améliorer la compétitivité de leur entreprise. «C'est intéressant, mais pas extraordinaire», estime Pierre Cléroux, économiste en chef de la Banque de développement du Canada (BDC).

 

 

À l'occasion de la Semaine de la PME, celui-ci était l'invité, mercredi, de la Jeune Chambre de commerce de Québec. Il participait à une table de discussion regroupant trois dirigeants d'entreprise de Québec, Michel Gaudreau, président et chef de la direction de Novik, Pierre Plamondon, vice-président des finances et chef de la direction financière d'EXFO, et de Vincent Thériault, cofondateur de Surmesur.

D'entrée de jeu, Pierre Cléroux a indiqué qu'un vent de changement sans précédent soufflait sur les PME, ces entreprises de moins de 100 employés qui procurent pas moins de 98 % des emplois au Canada.

Il a relevé trois forces qui ont déjà commencé à transformer l'environnement des PME: le vieillissement de la population et ses conséquences sur la main-d'oeuvre, le développement accéléré d'Internet et l'émergence à l'échelle planétaire d'une nouvelle armée de consommateurs.

«Pour chaque travailleur qui partait à la retraite, il y a 20 ans, deux recrues se pointaient sur le marché du travail. Ce ratio passera bientôt d'un nouveau travailleur pour un nouveau retraité», a expliqué

M. Cléroux. Non seulement le bassin de recrutement va se rétrécir, mais les travailleurs seront de plus en plus âgés. «Il y a 10 ans, 10 % des travailleurs avaient plus de 55 ans. Bientôt, le quart des travailleurs auront plus de 55 ans», a indiqué l'économiste en chef de la BDC.

«Il faudra être très imaginatif pour tenter de conserver le plus longtemps possible nos travailleurs les plus expérimentés», a signalé Pierre Plamondon. Il ajoute que les gouvernements devront intervenir pour aider les entreprises afin que leurs travailleurs les plus âgés ne soient pas pénalisés s'ils décidaient de prolonger leur carrière de quelques années. Chez Novik, un fabricant de revêtement extérieur, la décision a été prise, il y a quelques années, d'investir dans l'automatisation de la chaîne de production afin de contourner le problème de la rareté de la main-d'oeuvre. «Le premier humain qui touche à l'un de nos produits, c'est le consommateur», a fait valoir Michel Gaudreau.

 

 

Présence sur Internet

Selon Pierre Cléroux, les PME doivent également investir pour assurer leur présence sur Internet. «Un Canadien sur deux magasine sur Internet, mais seulement une PME sur cinq y vend ses produits», a révélé le conférencier en ajoutant qu'une minorité d'entreprises s'étaient dotées d'une stratégie pour savoir ce que les consommateurs racontent à leur sujet sur le Web.

Par ailleurs, M. Cléroux a invité les PME à garder les yeux ouverts sur le phénomène d'émergence d'une nouvelle classe moyenne dans les pays émergents. «Pas moins de 50 % de la croissance économique mondiale au cours de la prochaine décennie va se faire dans ces pays. Les PME doivent changer leur vision du commerce international, car le développement ne se fera pas beaucoup du côté des États-Unis ou de l'Europe.»

De l'avis des panélistes, les conditions économiques actuelles sont encourageantes. Même modeste, la croissance est au rendez-vous. Les taux d'intérêt sont bas. L'accessibilité au crédit s'est améliorée.

En affaires depuis deux ans, Vincent Thériault nage comme un poisson dans l'eau dans cet environnement en perpétuelle transformation. Avec son frère François, il a investi 30 000 $ pour mettre sur pied un concept de boutiques de vêtements pour homme offrant un service de confection sur mesure. Surmesur a pignon sur rue à Québec et à Montréal. «Notre investissement a notamment servi à se doter d'un système de prise de mesure tridimensionnel à la fine pointe de la technologie. Ça nous permet de nous démarquer des boutiques traditionnelles», raconte le jeune entrepreneur qui espère maintenant que le succès de Surmesur lui ouvrira éventuellement plus facilement les portes des sociétés prêteuses

Start Shopping

Nouveau client

Procédez plus rapidement à vos futurs paiements et recevez des courriels à propos de vos commandes, nos nouveaux produits et offres spéciales en vous créant un compte dès maintenant.

Pour effectuer des achats de vêtements sur mesure, vous devez obligatoirement avoir un dossier de mesures, prises par nos spécialistes dans l'une de nos boutiques ou Espaces Surmesur. Prenez un rendez-vous !

Créer un compte

Client existant

Êtes-vous déjà client dans l'une de nos boutiques et vous n'avez pas encore activé votre compte en ligne ?

Entrez l'adresse courriel qui nous a été fournie lors de votre première visite en boutique. Un mot de passe temporaire vous sera envoyé pour que vous puissiez lier votre compte en ligne avec votre profil en magasin.

Se connecter

Connectez-vous à votre compte pour commander vos vêtements selon les plus récentes mesures prises en boutique.